Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
30 octobre 2009 5 30 /10 /octobre /2009 16:39

NOTRE RANDONNEE  A  THALASSA

Avant de prendre le départ, nous avions constaté qu’il nous manquait une cassette vidéo pour la caméra numérique. La ville était presque morte. Presque tous les magasins étaient fermés. On se croirait dans un « no mans land ». On aurait parié que le temps s’était arrêté à Chlef. Les rares cafés qui avaient timidement ouvert leurs rideaux se comptent sur le bout des doigts. Il fallait attendre l’ouverture des magasins qui vendaient des cassettes vidéo. Nous nous sommes résignés à attendre car nous ne pouvions partir sans cassette et sans pouvoir filmer sur les lieux de notre tâche car l’image est le premier support de notre randonnée qui nous permettrait d’illustrer notre beau livre. D’un commun accord avec Amari, notre caméraman, nous avions décidé de tuer le temps, malgré nous, dans un café où nous avions pris des cafés au lait et des croissants. Il est sept heures quarante-cinq du matin. Nous pris la voiture et nous avions fait un tour dans la ville pour dénicher un photographe matinal. Par chance, on en a trouvé un. Nous avions acheté la cassette vidéo et nous avions décidé de partir au plus vite, afin de ne pas perdre plus de temps. Lorsque nous primes la route vers le Nord en suivant la nationale n°19 menant de Chlef à Ténès, la circulation devenait de plus en plus dense. C’était normal, c’était l’heure de pointe. Tous les fonctionnaires commençaient à se hâter et les commerçants ouvraient dans un vacarme presque monotone leurs rideaux de fer dans un roulement fracassant. C’était devenu une habitude, aucun commerçant n’ouvrait avant neuf heures car la majorité d’entre eux n’habitaient point le centre ville. L’on constate de prime abord que la ville était devenue un grand centre commercial ou plutôt un bazar.

                       Nous roulions à une allure modérée. En sortant de la Ferme, actuellement Hay El Houria, située juste après le pont d’Oued Chéliff, nous sommes tombés directement sur le tronçon d’autoroute menant vers la localité  de Chettia, chef-lieu de commune du même nom. L’air était frais et nous roulions à une allure presque  randonnière. Nous discutions de tout et de rien mais notre idée fixe, c’est la tâche que nous nous sommes fixés pour l’écriture d’un beau livre illustré relatant toutes les données concernant les 35 communes de la wilaya de Chlef. C’est sur proposition de l’union locale des écrivains que Monsieur le Wali de Chlef nous a chargés de cette tâche combien astreignante mais combien utile pour l’histoire de notre  pays en général et en particulier pour notre wilaya. Nous nous sommes fixés pour but la visite de toutes les communes de la wilaya. Monsieur  le wali a avisé, par  lettre circulaire, tous les chefs de Daïra et tous les présidents d’APC de la wilaya, afin de nous prêter main forte et de nous faciliter la tâche qui s’annonçait vraiment ardue et fastidieuse. Monsieur Mohamed BOUDIA, chercheur, historien et écrivain s'est porté volontaire pour accomplir cette mission historique et culturelle qui doit amener  un plus à l’histoire de la wilaya de Chlef. Il s'est adjoint  les services d’un caméraman professionnel, Amari, qui doit le suivre partout et prendre les photos sur les lieux même de la commune. Nous avions traversé la localité de Chettia qui commençait à s’animer et nous roulions sur l’autoroute jusqu’à l’entrée de la Daïra d’Ouled Farès qui est aussi le chef-lieu de la Commune du même nom. A la limite du tronçon d’autoroute qui nous a mené de Chlef à Chettia, puis à Ouled Farès, nous remarquons une station d’essence à l’entrée du village sur notre gauche et sur notre droite, un édifice public, en l’occurrence un collège d’enseignement moyen. Des bâtiments à perte de vue sont en construction tout le long du tronçon d’autoroute menant de Chettia à Ouled Farès. Ces nouvelles constructions devraient remplacer, d’après certains ex-responsables de la Wilaya, les chalets préfabriqués érigés au lendemain du séisme du 10 Octobre 1980.

Nous avons traversé le village sans nous arrêter. Il était presque 8 heures trente. Nous avions passé le petit pont à l’extrémité Nord du village. Le cimetière des « Chouhadas » se dressait là, à l’horizon, témoin des sacrifices faits par les valeureux enfants de l’Algérie. Après avoir dépassé le cimetière, juste après un long virage, une petite bourgade, ou plutôt un petit ilot de maisons traditionnelles se dressait là en face de la fontaine d’eau minérale « Aïn Bouchakor » qui ne désemplit pas de toute la journée, de gens venus se ravitailler en eau « potable ». Il faut dire que l’eau distribuée à Chlef et ses environs par l’algérienne des eaux est imbuvable même avec la redevance demandée aux clients pour la qualité de l’eau qui n’existe nullement.

Nous continuions notre route et nous tombons sur un lieu-dit Afghane avant d’arriver à Cinq Palmiers (où il y avait un camp de concentration durant la guerre d’Algérie qu’on nommait « Camp Beaufils » situé dans une ferme coloniale du même nom et qui servait de lieu de séquestration et de torture occupé par les barbouzes de la DST (Direction de la Sécurité du Territoire).  Un peu en amont du village et sur la droite, nous pouvons remarquer  le mausolée  de « Sidi Maâmar ».

Quelques kilomètres plus  loin,  nous apercevons un barrage de gendarmerie fixe à la sortie du village « La gare de Heumis ». Sur la droite, une bifurcation qui mène vers la commune de Bénaïria. Pour notre part, nous continuions tout droit pour atteindre, quelques kilomètres plus loin, la daïra de Bouzeghaïa.  Des locaux commerciaux ont été construits à l’entrée Sud du village ainsi qu’une unité de la protection civile et un commissariat. Des HLM y ont été aussi érigés pour recaser  les fonctionnaires qui pourraient venir d’autres contrées pour les besoins de la sécurité du village. Nous avons traversé le village de Bouzeghaïa, de part en part, du Sud au Nord, pour commencer notre ascension des premiers contreforts des monts du Dahra. La route commençait à monter en lacets, par moments très étroits. A la limite du lieudit « la plâtrière des Heumis », la route devient plus ou moins rectiligne et nous apercevons déjà les premières maisons du douar « Kherba ». En dépassant le douar, dont les constructions se trouvent majoritairement sur le côté gauche de la chaussée, nous entamons la descente vers les plaines du littoral ténésien. Quelques lacets nous obligent à ralentir notre vitesse de croisière. Au bout de quelques minutes de trajet, nous débouchons sur le carrefour Sidi Akkacha – Abou El Hassan, où il y un poste de gendarmerie fixe afin d’assurer la sécurité du citoyen. Nous tournons sur la gauche pour nous engouffrer directement dans la route menant à Kaloul, Abou-El-Hassan, Aghbal et en dernier ressort  Thalassa et Tazghoult.

Sur la route menant à Kaloul et Abou-El-Hassan, des eucalyptus centenaires cernent la route de part et d’autre, en forme d’allée ombragée mais qui commence à laisser les rayons cuisants du soleil d’été car les arbres qui meurent ou qui sont à la fin de leur vie ne sont pas remplacés pour pérenniser cette voûte ombragée qui faisait la fierté des habitants de la région, il y a quelques dizaines d’années seulement.

Nous dépassons Kaloul sans nous arrêter et nous continuions notre route en direction d’Abou-El-Hassan. De loin, on remarquait une agitation inhabituelle et un brouhaha qui nous arrivait en sourdine, puis s’amplifiant au fur et à mesure que l’on se rapprochait de l’entrée Est du village. C’était le Dimanche, jour de marché hebdomadaire à Abou-El-Hassan. C’était l’occasion rêvée pour filmer et prendre des photographies pour notre livre. Nous nous présentâmes au brigadier du poste de la Gendarmerie Nationale qui nous accompagna jusqu’au Souk et nous avions pris de très beaux clichés et une vidéo souvenir pour les générations futures.

 

 

L’entrée du village et du Souk hebdomadaire d’Abou-El-Hassan

Le souk hebdomadaire d’Abou-El-Hassan (côté vêtements)

                                       Le souk hebdomadaire d’Abou-El-Hassan (côté meubles et literies)

 Le souk hebdomadaire d’Abou-El-Hassan (côté meubles et literies

Souk hebdomadaire d’Abou-El-Hassan (côté chaussures, literie, tapisserie)

Nous avions pris plusieurs photos et vidéos du souk puis nous avions pris congé de notre hôte (le brigadier de la gendarmerie) pour nous engouffrer  dans la rue principale du village d’Abou-El-Hassan. Le minaret, hautain d’une nouvelle mosquée, à l’entrée Est du village vous rappelle à un certain recueillement et vous enveloppe d’une aura religieuse qui vous va jusque dans vos veines et vous interpelle pour votre salut devant le Créateur.

La grande mosquée d’Abou-El-Hassan







L’entrée Est du Village d’Abou-El-Hassan

                 Nous remontons dans notre véhicule, après ces quelques clichés et nous empruntons l’artère principale du village. Après avoir traversé le village d’Abou-El-Hassan d’Est en Ouest, nous sortons de ce dernier pour commencer à goûter les plaisirs de la nature, avec les prés verdoyants de part et d’autre de la route qui nous mène vers Aghbal puis vers Thalassa.

 

Route et prés à la sortie Ouest d’Abou-El-Hassan.

                  Sur notre route, nous avons eu le plaisir de constater la revivification de notre cheptel par les troupeaux de moutons paissant paisiblement sur les deux côtés de la voie.

 


Troupeau de moutons traversant la route.





Collines avoisinant le village d’Abou-El-Hassan

 

Nous entrons dans la commune de Thalassa et nous franchissons le deuxième village important de la commune qui est Aghbal. Nous continuions notre route et à peine quelques kilomètres insignifiants nous séparent du village-mère qui est Thalassa. Nous nous présentons aux autorités locales et Monsieur Rekkab Abdelkader, le Président de l’APC, s’est fait un devoir de nous recevoir lui-même dans son bureau en nous souhaitant la bienvenue et en mettant à notre disposition tous les moyens nécessaires et indispensables à notre mission. Nous l’en remercions vivement.

 

Photo-souvenir lors de notre entrevue avec Monsieur Le Président d’APC (Rekkab Abdelkader) (ex-enseignant universitaire)

De gauche à droite : Abdelkader (Chauffeur de l’APC de Thalassa – Monsieur Rekkab Abdelkader (Président de l’APC de Thalassa – Mohamed  Boudia, cadre de l’éducation en retraite, écrivain, président du « café littéraire à la bibliothèque de Wilaya à Chlef – Si Djilali, Chauffeur de l’APC.

                   Pressés par le temps, nous prenons congé de notre hôte et nous déposâmes notre voiture particulière dans l’enceinte du parc communal pour emprunter la voiture de service avec chauffeur qui devait nous amener de prime abord sur un site où des vestiges très anciens s’y trouvaient. C’est à l’entrée Est du village de Thalassa. Nous traversons à gué l’Oued Tazghoult qui est à sec en cette période de prémices des grandes chaleurs. En revenant sur nos pas, en direction d’Aghbal, nous remarquons une colline parsemée de blocs de pierre qui ne vous disent rien vus de loin mais lorsqu’on s’y rapproche, nous constatons un trésor en matière de vestiges.


Site archéologique à l’entrée Est de Thalassa.

Oued Tazghoult en amont de Thalassa (à sec avec les premières chaleurs)

Vestiges d’une construction ancienne (époque romaine)

Groupe de bassins à eau taillés à même la roche

Plusieurs réserves à eau sur le site archéologiqBassin à eau avec couvercle

Bassin à eau taillé à même le roc sur le site archéologique

Bassin à eau avec sur le site archéologique de Thalassa

 Bassin à eau renversé sur le site archéologique

Groupe de bassins à eau taillés dans le roc

Dalle (1m80x60x60) comportant des caractères latins

Différentes réserves à eau taillées dans la pierre

 

Différents bassins à eau avec couvercle taillés dans le roc

Différents bassins à eau taillés à même le roc

Réserve d’eau taillée dans la pierre sur le site archéologique

Bassins hydrautliques (Réserves d’eau) dans le site Sidi Aek

                   D’après la multitude de bassins à eau rencontrés sur le site archéologique de Thalassa, on serait porté à croire qu’il y avait une communauté de plusieurs habitants sur le territoire du site archéologique.  Pour une première hypothèse, nous avions cru que c’était des sortes de tombeaux pour sépultures anciennes, mais après vérification et discussion avec les autochtones, il s’est avéré que ces bassins étaient des réserves d’eau qui servaient de réserve aux habitants qui demeuraient sur le site.

                   Il en existe des dizaines sur tout le site et l’on est supposé à croire que c’était un cimetière mais, ne trouvant ni ossements ni sépultures, nous sommes contraints à croire qu’effectivement c’était des petites retenues d’eau de pluie qui servaient pour l’usage domestique.

Arbre : Olivier millénaire se trouvant sur le site des vestiges

Lauriers roses dans la périphérie d’Aghbal Cne de Thalassa

 

Champ de pommes de terre aux abords de l’Oued Tazghoult

Site de verdure d’un oued à Aghbal

L’entrée d’une ancienne ferme  à Thalassa

La voûte de la porte d’entrée de la ferme à Thalassa

 

Ruines romaines à proximité de la ferme

Vestiges d’une huilerie romaine près de la ferme

Vestiges d’une huilerie près de la ferme



Vestiges d’une huilerie près de la ferme

Module d’une presse à huile près de la ferme

                   Sur le site de la ferme se trouvant dans le village de Thalassa, nous remarquons beaucoup de morceaux d’un puzzle qui pourrait être une ancienne huilerie romaine. Les éléments éparpillés que nous avons photographiés nous montrent bien que c’est des modules ayant appartenu à une presse ou plutôt un moulin à olives.

                   Ces éléments sont parfois de forme ronde, d’autres fois de forme conique ou plats ayant à leur centre un trou qui nous amène à penser que les éléments pouvaient s’emboîter pour constituer une moulin ou un « écraseur d’olives ».

 

« Guelmame El Bakht » (l’étang de la chance ou du destin), retenue collinaire sur les hauteurs de Thalassa

 

Site panoramique aux abords de « Guelmame El Bakht »

« Berket El Hadh »  et le panorama environnant Certains l’appellent « Guelmame El Bakht » (Lac de la chance)

 

                  C’est une retenue collinaire qui a été construite dans les années 2000 et qui sert actuellement à l’irrigation de certains champs maraîchers sur les hauteurs de Thalassa.

Panorama autour de la retenue d’eau « Guelmame El Bakht »

              Elle est située sur le flanc Est d’un pic de la chaîne du Dahra, de l’autre côté d’Oued Erroumane. Nous ne savons pas si cette appellation veut dire « la rivière des grenades » ou bien « la rivière des romains ». Les deux hypothèses sont plausibles.

« Bertket El Hadh » vue de loin ou « Guelmame El Bakht »

Panorama des environs de ThalasPanorama des environs de Thalassa

                  La région de Thalassa est très riche en agriculture. Le paysage est vraiment envoûtant de par la verdure et les maquis qui tapissent la région et en font un lieu de villégiature qui pourrait amener beaucoup de touristes à la région de Thalassa.

                  La forêt commence à reprendre et la verdure emplit toute la contrée et vous invite à respirer un air frais et sain parfumé de thym sauvage et d’odeur de pin.

                  Le calme qui y règne vous plonge dans une certaine euphorie et vous emmène sur les chemins du songe et du repos bien mérité avec une journée harassante dans la ville ou dans les champs.

            C’est un site à fructifier car la distance qui le sépare de la mer Tazghoult n’est qu’à quelques kilomètres seulement.

 Champ d’oignons et un autre de pois-chiches

Fellah en train d’amasser son foin à Thalassa

Avec la retenue d’eau de « Berket El Hadh », les cultures maraîchères foisonnent un peu partout aux abords de celle-ci. Les agriculteurs s’en donnent à cœur joie et l’on remarque tout au long de notre périple des fellahs travaillant dans les champs et suant pour donner un plus à leur région. L’agriculture y est prospère. Nous trouvons un peu de tout. Des champs de blé, de blé tendre, d’orge, d’avoine ainsi que des petits jardins potagers à proximité de la retenue d’eau. Bien que la retenue d’eau se trouve dans les tréfonds des djebels, la sécurité y est totale, car plusieurs postes de gardes-champêtres y sont installés et veillent à la sécurité des habitants. Mais quand arrive la nuit, tous reviennent vers le village où ils sont entassés dans des bidonvilles. A la faveur du programme présidentiel en matière d’auto construction rurale, plusieurs familles ont déjà obtenu l’aide de 700.000 dinars mais malheureusement, l’assiette pour implanter les maisons n’existant pas, les bénéficiaires attendent une aide des responsables au niveau de la wilaya pour dégager une assiette pouvant servir à la construction d’une cité pour ces bénéficiaires de l’auto construction.

                    La commune a bénéficié d’un programme très varié et les travaux d’assainissement et de viabilisation battent leur plein.

                    La région est touristique et peut attirer beaucoup de rentrées financières pour la commune qui se trouve seulement à quelques kilomètres de la mer. Des colonies de vacances pourraient y être implantées et elles auront mer et montagne en même tems.

Cheval attaché dans un champ

Un autre cheval blanc paissant dans un champ

Sur la piste qui nous ramène vers le village de ThalassaMaquis dans la région Ouest de ThalassaChamps et maquis aux abords de la piste vers ThalasRuines de l’huilerie romaine près de la ferme

Module d’une presse d’olives près de
la   ferme                                       




Broussailles à côté de « Berket El Hadh » Cne de Talassa

« Berket El Hadh » dans les hauteurs de la Cne de Talassa

Des moutons paissant aux abords de « Berket El Hadh »

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Mohamed Boudia
  • Le blog de Mohamed Boudia
  • : Ce blog comportera des articles (actualités, culture, sports, conférences, commentaires, romans, nouvelles, etc...
  • Contact

Recherche

Liens