Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
1 août 2012 3 01 /08 /août /2012 16:45

Donner la pleine dimension au Café Littéraire de Chlef

  004

De droite à gauche : Mr Achour et Mr Mohamed Boudia dans leurs interventions lors du débat.

              Dans sa deuxième séance de soirées  ramadhanesques, le café littéraire de la bibliothèque sous la supervision de Mohamed Boudia, a eu l’honneur de recevoir l’écrivain Lariane Maâmar de Oued Fodda, dans la wilaya de Chlef pour  présenter son nouveau-né, en l’occurrence, « Les griffes de la ville ». L’auteur devait avant tout parler de son premier roman « L’orphelin » avant d’entamer la présentation de son deuxième roman qui relate surtout la situation d’un orphelin de père et de mère, pris dans l’engrenage de la vie quotidienne pour se retrouver impliqué dans des histoires de délinquance qui se terminent mal. Quand au deuxième roman « Les griffes de la ville », l’auteur nous emporte dans les vicissitudes de la vie quotidienne de ses acteurs à travers la trame de son roman qui met à nu les différents fléaux qui minent la société tels, la rachoua, le clientélisme, la drogue, les petits larcins, qui, généralement se terminent par une malheureuse fin pour l’acteur. L’auteur n’a pas omis de faire la comparaison entre son œuvre et les faits divers qui sont relatés quotidiennement dans les journaux.

  007

Au milieu de la photo : L’écrivain <Maâmar Lariane » dans son intervention

               En l’absence du Dr Ali Medjdoub, écrivain et poète qui devait présenter « Les Roubaïates de Cheikh Abderrahmane El Medjdoub » (malade, empêché) auquel l’assistance à souhaité un prompt rétablissement et un retour rapide parmi les adeptes du Café Littéraire, Mohamed Boudia à tenu à présenter un nouvel arrivant du cercle littéraire, en l’occurrence, Monsieur Achour, qui connait bien les Roubaïates de Cheikh Abderrahmane El Medjdoub, de suppléer à ce dernier en gratifiant l’assistance d’un chapelet de quatrains qui ont émerveillé cette dernière.

  010

 Notre poète Mokhtari Mansour

Ce fut autour de Monsieur Mokhtari Mansour de gratifier l’assistance, en communion avec le livre de Monsieur Lariane, d’un poème en melhoun sur l’orphelin. La diction et l’élocution de Mr Mokhtari a laissé toute l’assistance en émoi et a redemandé au poète de déclamer encore plus de poèmes de sa composition. Mohamed Boudia ne devait que diriger de loin les débats qui ont suivi toutes les interventions des trois conférenciers qui ont donné le meilleur d’eux-mêmes durant cette soirée culturelle. La direction de la culture de Chlef et à sa tête, Mr Berrebiha Amar, a tenu à marquer sa présence et sa participation en offrant, à chaque fois, une collation aux conférenciers et aux adeptes du Café Littéraire.

               Un débat concluant et fructueux fut entamé par les présents à cette soirée littéraire qui se voulait instructive et en même temps récréative auquel ont participé Mr Guerine Abdelkader, écrivain et poète, Mr Belkacemi, ami du café littéraire, Mr Kiouar, attitré du café littéraire, Mr Achour, Mr Omar, professeur en France qui est en vacances à Chlef ainsi que plusieurs autres intervenants qui ont rehaussé le débat et lui ont donné sa pleine dimension.

Dans son intervention, au cours des débats qui ont suivi, Mohamed Boudia a mis l’accent sur l’éducation de nos jeunes et moins jeunes afin de mettre un frein à la délinquance qui sévit dans nos villes et villages et qui porte atteinte à la quiétude de nos concitoyens. Il a relevé aussi que la société a été trop imprégnée par celle d’outre-Méditerranée qui se veut une société de consommation à outrance et où le marché informel a suppléé aux attentes des jeunes avides de gains rapides et avides de vivre les péripéties d’un eldorado qui ne dit pas son nom et qui dévoie bon nombre de nos jeunes.

Il est déjà plus d’une heure du matin lorsque Monsieur Mohamed Boudia, donna les noms des intervenants de la séance prochaine qui devrait se tenir la Samedi suivant, en l’occurrence, le Dr Ait Djida Mohand Amokrane, le Dr Kassoul ainsi que notre poète engagé, Mr Mohamed Boutoubat, et clôtura la séance en exhortant les présents à faire de la publicité, par le biais du « bouche à oreilles », au café littéraire, pour lui donner sa pleine dimension et sa vraie place dans l’échiquier culturel de la ville de Chlef et de sa région.

                    Mohamed Boudia - Ecrivain - El Asnam

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Mohamed Boudia
  • Le blog de Mohamed Boudia
  • : Ce blog comportera des articles (actualités, culture, sports, conférences, commentaires, romans, nouvelles, etc...
  • Contact

Recherche

Liens